• +Tél : 05 56 48 78 00
  • cabinet@avocat-mescam-braun.fr

Monthly Archives:août 2020

Perte de gains professionnels

La perte de revenus subie par la personne lésée entre la date de l’accident et la date de consolidation choisie par les experts est compensée à travers ce poste de préjudice.

Les techniciens professionnels doivent expliquer en détail les activités professionnelles de la victime au moment de l’accident. La période d’indemnisation correspond au temps d’arrêt considéré comme étant imputable à l’accident. Il peut arriver que le temps d’arrêt attribué par l’expert à l’accident ne corresponde pas à la situation réelle du temps d’arrêt émis par le médecin traitant. Par conséquent, la période attribuable peut être inférieure à la durée totale de l’arrêt. Les experts peuvent estimer en se basant uniquement sur des facteurs que tous les arrêts de travail ne sont pas imputables. Il convient de veiller tout particulièrement à ce que les victimes compensent la perte de revenu due à l’arrêt maladie causé par l’accident.

Evaluer L’indemnisation

La perte actuelle de revenus professionnels est liée à la perte économique subie par la victime pendant la période d’incapacité. La victime a le droit de demander à la personne responsable de rembourser la somme pendant la période d’incapacité temporaire, comme les salaires, les rémunérations ou encore les primes qui n’ont pas été reçus en raison de l’accident. L’évaluation de la perte de revenus doit être faite in concreto, en tenant compte des preuves de perte de revenus présentées par la personne lésée jusqu’à la date de consolidation. La perte de revenu est calculée nette (non brute) et hors conséquences fiscales. Pour une victime salariée, le calcul ne pose généralement pas de difficulté (salaire mensuel x nombre de jours d’incapacité de travail). Lorsque la durée de l’arrêt de travail est prolongée de plusieurs années, il est nécessaire de tenir compte des changements de salaire tout au long de la période et des augmentations ou promotions légales.

Lorsque le revenu est irrégulier, l’évaluation peut être plus difficile. Dans le premier cas, nous déterminerons le revenu moyen des années précédentes, sur la base du compte de résultat et du bilan. Les situations professionnelles telles que les travailleurs saisonniers, les divertissements intermittents ou la restauration font l’objet d’une étude spéciale.

Si la victime n’est pas un salarié, qu’il soit libéral ou entrepreneur, elle doit calculer la perte de chiffre d’affaires. Nous en déduisons uniquement les coûts variables (matières premières, essence, etc.), car les frais fixes continueront à être supportés (loyer professionnel, assurance…). Si la partie lésée a embauché un remplaçant, les frais de l’emploi doivent être engagés sans préjudice de la perte d’activité.

Dans des circonstances appropriées, il peut être nécessaire d’exiger une comptabilité. Cet élément de perte sera déduit de la confirmation par l’expert de l’indemnité journalière pendant la période d’incapacité, du salaire maintenu et du paiement au titre du contrat d’assurance prévoyance.

Quel est le rôle de l’avocat de victimes de dommages corporels après un accident de la route ?

Certaines victimes veulent encore connaître le rôle des avocats auprès des victimes de blessures corporelles, et pour cause, l’assurance les a contactées et leur a fourni leur expertise et leurs services. Il est donc légal que les victimes d’accidents déjà en difficulté les réfèrent rarement d’office aux avocats des victimes de lésions corporelles, pensant à tort que le rôle de l’avocat est dans le domaine du contentieux.

Les victimes d’accidents sont généralement en état de choc et sont naturellement guidées par leur compagnie d’assurance, parfois même lorsque la victime est un piéton. C’est la première erreur à ne pas commettre car la relation entre les compagnies d’assurance est régie par des accords internes et donc par la relation entre les assurances. Pour les accidents de la route, la responsabilité sera gérée par la convention IRCA.

Il est donc possible, en vertu de cette convention, que la responsabilité de la victime soit engagée lorsque, en fait, en droit pénal, sa responsabilité est totalement exonérée ou, selon un certain plafond, c’est la propre assurance routière de la victime qui devra l’indemniser. L’assureur payeur évalue lui-même combien il doit payer.

Le rôle administratif de l’avocat

L’avocat de la victime s’entretiendra avec la victime, si son état lui permet de s’exprimer, afin de connaître les circonstances exactes de l’accident. Ensuite, il rassemblera alors toutes les informations nécessaires à l’établissement de toutes les conséquences juridiques de l’affaire en responsabilité. Par conséquent, un avocat spécialisé dans les accidents de la route a les compétences dans le domaine du droit pénal routier, pour pouvoir contester une éventuelle responsabilité pénale ou civile, visant à réduire l’indemnisation d’un accidenté de la route.

Le rôle de conseil de l’avocat

L’expertise médicale est un moment clé pour une victime de la route car elle détermine l’indemnisation des dommages corporels. De plus, l’avocat désignera lui-même un médecin-conseil pour les victimes, avec lequel il travaille habituellement. L’objectif de la personne lésée sur la route est d’avoir un contrepoids au médecin du travail (avis à l’amiable) ou à l’expert médical et médecin du travail (avis médico-légal). Dans la pratique, les avocats spécialisés en dommages corporels disposent déjà d’un réseau de conseillers médicaux et de parenté, ils n’ont donc aucun doute. L’objectif des victimes de la route est d’être équilibré vis-à-vis des médecins d’entreprise (expertise amicale) ou vis-à-vis des experts médicaux et des médecins d’entreprise (expertise contentieuse). En fait, les avocats engagés dans le droit des dommages corporels ont généralement déjà un réseau de consultants médicaux et une certaine affinité.

Le médecin de la victime, en coopération avec l’avocat, appellera la victime pour une simple consultation médicale, juste avant l’examen médical officiel. Le médecin-conseil écoutera alors les plaintes et les difficultés de la victime afin de les consigner au dossier et de pouvoir les rappeler lors d’une évaluation médicale pour intervention. L’avocat des victimes dispose d’un réseau de professionnels s’occupant de la réparation des dommages corporels, tels que : neuropsychologue, psychiatre, ergothérapeute, kinésithérapeute, architecte (pour l’adaptation du logement de la victime) etc. Le jour de l’examen médical, l’avocat et le médecin de la victime seront présents à la discussion médico-légale.

Le rôle juridique de l’avocat

Dans un arrêt de principe, la Cour de cassation a statué que les conseils sur l’indemnisation des dommages corporels sont réservés uniquement aux avocats, suivis des associations sanctionnées, des experts assurés et autres qui poursuivent alors illégalement l’affaire. En effet, il y a eu beaucoup de fraudes, les victimes se sont à nouveau retrouvées une fois de plus victimes, car les « pseudos conseillers » ont convenu avec les assureurs qu’ils ne pouvaient de facto, pas être absents de la procédure judiciaire ou ont accepté les fonds reçus jusqu’à prélever parfois plus de 20 % des sommes récupérées. Un avocat spécialisé en dommages corporels prend en moyenne 8 à 10 % du montant total.

Parallèlement, un courtier et consultant en assurance a agi en tant que consultant pour régler à l’amiable les litiges en matière d’assurance. Ensuite, il a accepté d’aider trois victimes d’accidents de la route en échange d’un certain pourcentage des dépenses stipulées dans l’accord. La cour d’appel de Grenoble (CA Grenoble, 3 juillet 2014, n ° 13/05 517) a estimé que ce type d’intervention rémunérée et répétée est caractéristique d’un conseil juridique illégal. Ensuite, la Cour suprême a décidé de rejeter l’appel du courtier.

Les avocats des victimes interviennent en amont de toute la procédure, mais si les négociations d’indemnisation des victimes d’accidents de la route échouent, ils disposent d’une arme puissante : faire appel aux tribunaux. L’avocat de la victime de l’accident de la route analysera le rapport d’expertise final de l’expert pour calculer les éléments de dommage et obtenir une indemnisation pour préjudice corporel.

Le rôle judiciaire de l’avocat

En cas d’échec de la négociation, au stade de la rédaction d’un rapport d’expertise lorsque le médecin n’est pas d’accord sur certains dommages corporels, ou au stade du calcul du préjudice corporel de la victime, sur la base d’un rapport d’expertise incontesté, l’avocat des victimes pourra saisir le tribunal d’une décision définitive. En effet, les meilleurs cabinets d’avocats impliqués dans le droit des accidents de la route connaissent tous le principe de fonctionnement de cette procédure spéciale, qui permet de réparer les dommages corporels et indemniser les préjudices corporels des victimes d’accidents de la route.